Tous les programmes

Concert

NOUVEAUTÉ : Votre amour est vagabonde – Chansons en français de Jan Pieterszoon Sweelinck

2021 verra la commémoration du 400ème anniversaire de la mort de Sweelinck à Amsterdam. Connu pour être l’un des plus prestigieux représentants de l’école hollandaise de clavier, Sweelinck n’en est pas moins un formidable compositeur de musique vocale.

Fort de notre expérience avec la musique vocale de Claude Lejeune, Eustache du Caurroy et Pierre Guédron, nous avons choisi de nous consacrer à l’œuvre vocale en français de Sweelinck, à savoir les Chansons à cinq parties, accommodées tant aux instruments qu’à la voix (publiées à Anvers en 1594).

Pour Doulce Mémoire, ce recueil est une découverte. La musique, tout simplement sublime, résulte de l’alliance d’une écriture savante influencée par la virtuosité au clavier de Sweelinck et d’une sensibilité au texte tout à fait ahurissante alors que le français restait pour lui une langue étrangère. En outre, le recueil laisse la place à quelques compositions de Corneille Verdonck dont un magnifique Thyrcis vouloit morir en quatre parties, version française du Tirsi morir volea du poète italien Giovanni Guarini.

Le mélange des voix et des instruments, appelé à la Renaissance Le concert des voix et des instruments est une des caractéristiques de notre travail. Nous l’avons beaucoup pratiqué dans les mises en musique des poésies de Ronsard par Anthoine de Bertrand, Boni, Castro, Pevernage, ainsi que dans le Printemps de Claude Lejeune (enregistrement 2017 sous le label Printemps des Arts de Monte Carlo).

Les chansons en français de Sweelinck se prêtent particulièrement à ce concert des voix et des instruments comme l’indique explicitement la page de titre.

Dans ce programme, une attention particulière sera portée à la couleur du français ancien : sonorité particulière des voyelles et surtout des nasales, articulation des consonnes bien plus marquée que dans le français d’aujourd’hui. Nous serons aidés en cela par Monsieur Olivier Bettens, historien de la déclamation, qui fut précieux pour le travail précédemment mené sur les textes du Printemps de Lejeune.

Entre l‘extraordinaire floraison du madrigal italien et de la chanson en France, il y a Sweelinck, l’organiste virtuose, l’Orphée d’Amsterdam, l’immense pédagogue surnommé le faiseur d’organistes qui, ne l’oublions pas, nous a légué les musiques vocales les plus belles.

Distribution

Cécile Achille, soprano
Capucine Keller, soprano
Matthieu Peyrègne, alto
Hugues Primard, ténor
Marc Busnel, basse
Pascale Boquet, luth et guitare renaissance
Denis Raisin Dadre, flûtes & direction artistique