Tous les programmes

Concert

NOUVEAUTÉ : L’amour de moy

Voix des villes, voix des champs

Parallèlement à la chanson savante, la cour de Louis XII prisait aussi les chansons de type populaires dites rustiques ou rurales et ce malgré l’opinion des théoriciens qui les tenaient en piètre estime.
« Ces chansons que chantent les enfants et les pages, de rythme goret (sic !), sans art et mesure ainsi que les ignorants savent faire », Pierre Fabri, Le grand et vrai art de pleine  rhétorique.

Ces chansons rustiques peuvent être d’origine populaire ; les compositeurs s’emparant d’une mélodie transmise de manière orale depuis le Moyen-Âge pour les insérer dans des polyphonies savantes. Dans certains cas, à l’inverse, ces chansons sont à l’origine des mélodies qui deviendront populaires, c’est le cas de ces airs que nous connaissons tous, « En revenant de lorraine », « Le roi Renaud », « Je suis Robert le beau Robert » et tant d’autres.
Ce répertoire singulier traite de sujets du quotidien, amoureux, érotiques ou satiriques dans une versification irrégulière que l’on nomme à l’époque rhétorique rurale. Leur charme vient de leur simplicité et de leur de leur naïveté mais aussi du fait qu’elles se font écho de la vie du peuple et non pas des spéculations amoureuses de l’aristocratie.
Comme compositeurs citons en premier lieu Josquin Desprez qui a connu ce style lors de ses années en France à la cour de René d’Anjou puis de Louis XI, Jean Mouton, Loyset Compère, Antoine de Févin, Richafort, Pierre Moulu, Ninot le petit Antoine Bruhier… Nous montrerons comment ces compositeurs se sont emparés de chansons populaires pour composer et inventer à partir d’elles, des chansons tout à la fois savantes et raffinées. Mais aussi comment ces chansons ont servi d’inspiration à des musiques instrumentales virtuoses.
On sera étonnés de trouver dans ce répertoire des chansons toujours en vogue à travers les siècles, tels que « Sur le pont d’Avignon » (on pense par exemple à l’interprétation sautillante de Jean Sablon dans les années 1930), « L’amour de moy », revisitée quant à elle par Jane Birkin, Guy Béart ou encore Nana Mouskouri. Jean Sablon, Guy Béart, Nana Mouskouri et Jane Birkin qui ne se doutaient peut-être pas de chanter le répertoire de Louis XII !

Distribution

Paulin Bündgen, alto
François-Olivier Jean, ténor

Bor Zuljan, luth, guitare renaissance
Sébastien Wonner, épinette
Denis Raisin Dadre, flûtes et direction